L’association

La Résidence Sociale est une association centenaire, née en 1908, reconnue d’utilité publique et sans but lucratif. Notre mission est d’accueillir et d’accompagner, tout au long de leur vie, des personnes fragilisées, en situation de handicap mental, et de personnes âgées ainsi que leurs familles.

Au sein de nos 13 établissements et services, nos équipes pluridisciplinaires et aguerries œuvrent au quotidien auprès de 500 personnes tout âge confondu, dans leur chemin vers l’autonomie, attentives à l’évolution de leurs besoins. Notre but est de faciliter leur intégration sociale pour une vie digne et heureuse, tout en respectant leurs différences.

Notre association puise ses origines dans la détermination de femmes, pionnières de l’action sociale en France qui décidèrent d’aller à l’encontre de leur destin. Issue d’une famille de la grande bourgeoisie, Marie-Jeanne Bassot ressent le besoin d’exercer une forme de charité qu’elle envisage comme un vecteur de réconciliation des classes. En 1903, elle rencontre Mercedes Le Fer de la Motte et découvre les maisons sociales, puis Mathilde Girault, avec qui elle fondera La Résidence Sociale.

Enlevée et internée de force par ses parents, elle est finalement libérée au terme d’un procès retentissant. Son engagement n’a pas faibli : elle crée, en 1908, La Résidence Sociale, à Levallois Perret. Elle s’inspire du modèle des premières maisons sociales, parmi lesquelles figure l’œuvre sociale Popincourt dans le 11e arrondissement de Paris. Celles-ci accueillaient les populations du quartier et proposaient des activités ouvertes à tous dans le but d’apaiser les conflits et faire cohabiter harmonieusement les différentes classes sociales.

En 1920, La Résidence Sociale acquiert l’ancienne propriété d’Antonin Raynaud, les parfumeries Oriza, qui comprend plusieurs bâtiments en plus de l’hôtel particulier, seul rescapé aujourd’hui. Diverses activités y sont proposées : éducation physique, éducation intellectuelle et artistique, et enfin éducation sociale. Les familles ouvrières du quartier y trouvent du réconfort et un lieu de vie et de rencontre. Un dispensaire y est également installé, et une école de service social ouvre ses portes. Des kermesses et soirées sont organisées afin de récolter des dons.

En 1922, La Résidence Sociale est reconnue d’utilité publique et, six ans plus tard, elle connaît son premier élargissement : une maison sociale est créée à Saint-Denis, puis une autre à Saint-Ouen en 1930 et enfin un aérium en 1932, date à laquelle Marie-Jeanne Bassot reçoit la légion d’honneur.

Elle meurt en 1935 mais son œuvre perdure à travers l’action des personnes qui poursuivent son combat.

Forts de l’engagement de nos fondatrices, qui nous inspire toujours aujourd’hui, nous perpétuons leur action dans le champ du handicap et nous engageons chaque jour à promouvoir :

  • Un accueil sans réserve
  • Un accompagnement des personnes dans leur globalité
  • Un accompagnement individualisé des personnes
  • Un accès de chacun à une autonomie durable
  • Une réponse aux besoins par territoire
  • Une réflexion permanente pour adapter l’offre aux besoins émergents
Marie-Jeanne Bassot Fondatrice de La Résidence Sociale 1878 - 1935

Marie-Jeanne Bassot
Fondatrice de La Résidence Sociale
1878 – 1935

 

Mathilde Girault Fondatrice de La Résidence Sociale 1883-1974

 

Puisant dans notre socle de valeurs –« être acteur de son devenir », « primauté de la personne », « innovation », « solidarité » et « éthique »- nous nous engageons à protéger et à accueillir toute personne en difficulté quel que soit son âge, ses origines, ses orientations politiques ou religieuses et ses ressources, dans le respect de la dignité humaine